Daniel Desnoyers revient sur la controverse entourant sa blague de mauvais goût | Le Sac de chips
/potins

Daniel Desnoyers revient sur la controverse entourant sa blague de mauvais goût

Image principale de l'article Daniel Desnoyers revient sur sa blague de viol
Facebook Daniel Desnoyers

Quelques jours après avoir publié une blague de viol sur sa page Facebook, DJ Daniel Desnoyers a tenu à s’expliquer et à s’excuser.

Dans une nouvelle publication Facebook, le DJ avoue que sa blague était «idiote» et qu’il l’a publiée «sans vraiment réfléchir à sa portée».

• À lire aussi: DJ Daniel Desnoyers fait une «blague» de viol et ça ne passe vraiment pas

La farce en question, qui avait été publiée et retirée de Facebook lundi, montrait une femme se faisant tirer par les pieds un homme, après qu’elle lui eût refusé une relation sexuelle, en dépit du fait que ce dernier avait dépensé 210$ pour un souper et des fleurs.

De nombreuses voix s’étaient élevées depuis pour condamner la blague qui, selon elles, était une manifestation de la culture du viol.

Disant vivre un cauchemar depuis quelques jours, Desnoyers a écrit dans sa publication qu’il est «bouleversé par les commentaires parfois difficiles, voire même haineux, [qu’il a] reçu».

Se décrivant comme «un gars sans histoire, foncièrement gentil, respectueux, sans méchanceté et surtout sans arrières pensées», D-Noy insiste pour dire qu’il a tiré une leçon des événements des derniers jours.

«Le point fondamental de tout ça, je le comprends très bien; faire des blagues sur le sujet, même sans arrières pensées, c’est tolérance ZÉRO», écrit-il.

Visiblement ébranlé, Desnoyers implore le public de lui pardonner cet écart de conduite: «En ce qui me concerne, j’en tire une leçon et je vous demande encore une fois... sincèrement pardon...»

Voici sa publication Facebook intégralement:

Sous le message du DJ, de nombreux admirateurs de ce dernier lui ont démontré leur soutien.

Voici quelques-uns de leurs commentaires:

À voir aussi sur le Sac de Chips:

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus