Willie Nelson déçoit avec son nouvel album | Le Sac de chips
/harddrive

Willie Nelson déçoit avec son nouvel album

Toujours incroyablement productif, le cowboy – qui fêtait son 87e anniversaire en avril dernier – livre ici son 70e album en carrière, un peu plus d’une année après la parution du très apprécié Ride Me Back Home. Malheureusement, ce nouveau chapitre n’est pas aussi satisfaisant.

Willie Nelson

Photo courtoisie

★★1/2

First Rose of Spring

« Quelconque »

C’est le mot qui vient en tête au premier contact – la pochette de l’œuvre – qui semble avoir été échafaudée par un stagiaire sur un coin de table. Pire encore, le terne s’applique également à l’essentiel de l’œuvre où Nelson et ses sbires multiplient les ballades plus molles et stériles qu’émouvantes.

Même sur Don’t Let The Old Man In, un « cover » de Toby Keith se prêtant bien à la situation actuelle de la légende vivante, Shotgun Willie s’incline tant la pièce tient davantage du karaoké que de l’adaptation relevée. Mince consolation : l’interprétation – bien qu’affectée par l’âge du principal intéressé – demeure appréciable.

Le monsieur surprend, d’ailleurs, sur I’m the Only Hell My Mama Ever Raised, une reprise de Johnny Paycheck qui est également un des rares extraits de l’album avec une forte propension à faire swinger la compagnie.

Aznavour y passe itou

En parlant de « covers », notons que Willie Nelson – qui livre un album correct, mais en deçà du reste de son épatante discographie – propose également un remaniement d’Hier encore d’Aznavour telle que tout d’abord popularisée en anglais par Roy Clark. La pièce immortelle offre d’ailleurs un des (très) rares moments émouvants de l’œuvre.  

Polo & Pan 

Photo courtoisie

★★★1/2

Feel Good

Le duo électro français frappe fort sur ce nouveau maxi où, fidèle à son habitude, il fait écho – souvent bien malgré lui – à d’autres projets tout aussi rafraîchissants. Quelque part, entre les rares moments plus contemplatifs de Valaire (la pièce titre en témoigne) et les plus récentes chansons de La Femme (je craque pour Attrape-rêve), Polo & Pan arrive encore et toujours à faire un numéro d’équilibriste sur le mince fil séparant l’accessibilité de la niche. 

Klô Pelgag 

Photo courtoisie

★★★★★

Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Chère industrie musicale : c’est beau, on peut fermer boutique dès maintenant et s’éviter une fin d’année encore plus morose et – surtout – la traditionnelle avalanche d’albums des Fêtes. Le LP de 2020, on le tient. Il est là. Pas la peine d’en faire plus. Déjà que la barre était haute pour l’autrice-compositrice-interprète qui, bien malgré elle, fait monter les attentes lors de chaque parution et apparition dans les médias, Klô Pelgag livre ici une œuvre aussi ambitieuse que concise. Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est maintenant une municipalité, un album ainsi qu’une expérience musicale à vivre. Oui, c’est si bon. 

Alicia Moffet 

Photo courtoisie

★★★

Billie Ave.

Artiste connue du grand public pour sa participation à La Voix et sa carrière d’influenceuse, Alicia Moffet décolle ici à titre de chanteuse solo avec un premier album pop complet. Tout d’abord, le pot : carte de visite oblige, la principale intéressée semble préférer établir des basses plutôt qu’épater la galerie. En résulte une œuvre trop sage, mais qui plaira quand même aux mélomanes qui apprécient les tounes d’Adèle et de Charlotte Cardin, par exemple. Les fleurs ? C’est très bien foutu et la suite s’annonce très excitante.

Coup de coeur 

The Rentals

Photo courtoisie

★★★★1/2

Q36

Enfin ! Après des années de galère, le projet rétrofuturiste étriqué de l’ex Weezer Matt Sharp revient dans notre modernité (ou est-ce le contraire ?) avec ce quatrième LP réalisé en compagnie de Nick Zimmer (guitariste des Yeah Yeah Yeahs) et Dave Fridmann (ingénieur de son sur le cultissime Pinkerton). En résulte donc une œuvre en phase avec son époque (enfin !) et qui est à l’image de ces messieurs : abrasive et percutante, tout en demeurant très, très geek (Sharp préférant s’inspirer de l’espace intersidéral plutôt que son vécu pour ce disque). 

À lire aussi

Et encore plus