Kardashian évoque la bipolarité de Kanye West et demande «compassion et empathie» | Le Sac de chips
/potins

Kardashian évoque la bipolarité de Kanye West et demande «compassion et empathie»

Image principale de l'article Kim Kardashian évoque la bipolarité de Kanye West
AFP

New York | L’épouse de Kanye West, Kim Kardashian West, a évoqué mercredi les troubles bipolaires auxquels est sujet son mari, dont les propos et le comportement récents ont inquiété, demandant «compassion et empathie».

• À lire aussi: Kanye West affirme qu’il tente de divorcer de Kim Kardashian depuis 2018

• À lire aussi: Kanye West supprime plein de tweets étranges et annonce un nouvel album

Candidat déclaré à la Maison-Blanche, Kanye West a tenu dimanche des propos décousus et parfois incohérents lors de ce qui était présenté comme sa première réunion de campagne, à Charleston (Caroline du Sud).

Il a ensuite publié lundi une série de messages énigmatiques sur son compte Twitter, laissant entendre que sa femme cherchait à le faire interner en psychiatrie.

Capture d'écran | Twitter

Mardi, il a écrit un nouveau message, avant de l’effacer, affirmant qu’il cherchait à divorcer et reprochant à Kim Kardashian West d’avoir eu une liaison avec un autre rappeur, Meek Mill.

«Ceux qui comprennent les maladies mentales ou les troubles compulsifs savent que la famille n’a aucun pouvoir [sur le malade] sauf s’il est mineur », a écrit la vedette de téléréalité sur son compte Instagram.

«Ceux qui ne sont pas au courant ou voient ça de loin peuvent porter des jugements et ne pas comprendre que c’est à l’individu de demander de l’aide, quoi que tentent la famille et les proches», a-t-elle ajouté.

«Ceux qui connaissent Kanye savent que ses mots ne sont pas toujours en phase avec ses intentions», a-t-elle écrit.

«Notre société demande de la tolérance envers la question globale de la santé mentale, mais nous devrions aussi l’accorder à ceux qui vivent avec [des troubles psychologiques] quand ils en ont le plus besoin.»

«Je demande avec gentillesse que le public et les médias nous accordent la compassion et l’empathie dont nous avons besoin pour traverser tout cela», a écrit la vedette de la série de téléréalité L’incroyable famille Kardashian.

Ce n’est pas la première fois que Kim Kardashian West évoque les troubles bipolaires de son mari.

Lors d’un entretien au magazine Vogue en 2019, elle avait expliqué que son mari ne prenait aucun traitement, car il estimait que cela éteindrait son énergie créatrice.

Kanye West: politique et troubles bipolaires  

Le rappeur américain Kanye West a publiquement dit qu’il avait des troubles bipolaires. Qu’est-ce que la maladie bipolaire? 

Kanye West a révélé son propre diagnostic en 2018 dans son album Ye, et il a confié l’an dernier que la maladie provoquait chez lui des épisodes de délires paranoïaques. 

Les troubles bipolaires se caractérisent par une alternance de phases maniaques, quand les patients sont dans un état d’excitation psychique élevé et se sentent exaltés, pensent et parlent vite, et de phases dépressives.

«Ils peuvent presque oublier toute inhibition, au point de par exemple dépenser toutes leurs économies en un jour», dit à l’AFP Andrew Nierenberg, professeur de psychiatrie à Harvard. «Ils peuvent commettre de grandes erreurs de jugement qu’ils ne feraient pas ordinairement, aux niveaux sexuel, relationnel ou professionnel.»

Dans la phase dépressive, à l’inverse, les personnes bipolaires ne trouvent plus de plaisir dans leurs activités habituelles et sont dans un état de souffrance.

Jusqu’à 3% de la population pourrait avoir la maladie, ce qui la rend plus fréquente que la schizophrénie, mais plus rare que la dépression.

Il existe une grande variété de symptômes parmi les patients, explique Timothy Sullivan, chef du service de psychiatrie du Staten Island University Hospital. Certains sont plus dépressifs que maniaques, pour d’autres c’est l’inverse.

C’est ce qui explique en partie que les diagnostics arrivent tardivement, souvent après six ans ou plus, notamment chez des personnes souffrant de dépression.

Facteurs de risque

Facteurs de risque

La bipolarité est «l’une des maladies mentales les plus susceptibles d’être héritées», dit Katherine Burdick, psychologue à Harvard et au Brigham and Women’s Hospital.

Quand l’un des parents est diagnostiqué, le risque est entre 10 et 20%, dit-elle.

Les scientifiques cherchent les gènes responsables et tentent de comprendre comment ils peuvent affecter la partie du cerveau gérant les émotions.

D’autres s’intéressent à d’éventuels facteurs environnementaux. Beaucoup de patients, mais pas tous, «ont subi des traumatismes d’enfance, des abus et de la négligence», dit Katherine Burdick.

La toxicomanie est un autre facteur de risque.

Traitements

Le traitement standard se compose de médicaments qui régulent l’humeur, le meilleur étant le lithium, utilisé depuis les années 1940.

Récemment, les experts se sont intéressés au rôle joué par l’interruption des «rythmes sociaux» des personnes. Par exemple, la mort d’un animal domestique peut déclencher un cycle maniaco-dépressif, mais les scientifiques se sont aperçus que ce n’était pas seulement le deuil qui affectait les malades.

«Non seulement les personnes ont souffert psychologiquement de la perte, mais auparavant elles promenaient le chien, faisaient du sport avec, le chien les faisait se lever tôt et leur procurait des interactions sociales», dit Timothy Sullivan.

La plus grande susceptibilité des personnes bipolaires aux perturbations sociales peut les rendre plus vulnérables pendant la pandémie et le confinement. C’est le cas d’une ancienne patiente du docteur Sullivan, qui l’a contacté pendant la pandémie après 10 ans de stabilité.

Lien créatif?

Les artistes sont surreprésentés parmi les personnes ayant des troubles bipolaires, un sujet décrit dans le livre Touched with Fire. Le peintre Vincent Van Gogh a peut-être eu la maladie.

«Les gens créatifs se distinguent par une façon très spéciale de penser, qui passe par des expériences émotionnelles intenses, dit Timothy Sullivan. Il est possible que cette sensibilité implique les systèmes régulateurs du cerveau, ce qui les rend plus vulnérables aux troubles de l’humeur.»

Certains patients voient leurs troubles comme un atout, même si cela peut coûter aux proches.

Dans une expérience, des chercheurs ont demandé à des patients ayant diverses maladies s’ils aimeraient pouvoir faire disparaître la leur en appuyant sur un bouton, raconte Katherine Burdick.

Résultat? «Le seul groupe de patients qui en majorité n’appuie pas sur le bouton est le groupe des patients bipolaires.»

Kanye West en a d’ailleurs parlé comme de son «superpouvoir».

Ailleurs sur le Sac de chips :  

s " />

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus