Les fans militent pour «libérer» Britney de son père | Le Sac de chips
/potins

Les fans militent pour «libérer» Britney de son père

Image principale de l'article Mouvement pour «libérer» Britney de son père
Sheri Determan/WENN.com

Au milieu des années 2000, la chanteuse Britney Spears est passée à travers un moment difficile.

Depuis 2008, la femme à qui on doit d'innombrables vers d’oreille a été placée sous la tutelle de son père par un tribunal.

Cela signifie que depuis 12 ans, Jamie Spears est responsable des finances et du bien-être de sa fille de maintenant 38 ans.

Selon ce que rapporte le New York Times, ce sont normalement des personnes âgées, des personnes présentant une déficience intellectuelle ou encore des personnes gravement malades qui sont mises sous tutelle. Les circonstances qui ont mené à cet arrangement pour la famille Spears demeurent floues.

AFP

Certains fans de la chanteuse croient que des raisons sinistres motivent Jamie Spears à maintenir la tutelle, alors que Britney semble mieux se porter aujourd’hui.

Depuis un certain temps, le mouvement baptisé #FreeBritney tente de démontrer que Britney est maintenue sous tutelle contre son gré et que cette dernière cache des indices dans ses publications sur les réseaux sociaux.

Récemment, le mot-clic a connu un regain alors que plusieurs personnalités comme Snooki, Paris Hilton, Bella Thorne et Ariel Winter en ont parlé sur les réseaux sociaux.

Dans une récente entrevue avec Page Six, le patriarche du clan Spears a commenté les rumeurs pour la première fois.

AFP

«Ces complotistes ne savent absolument rien. Le monde n’a aucune idée. C’est au tribunal de la Californie de décider ce qu’il y a de mieux pour ma fille. Ce n’est pas de leurs affaires.»

Concernant les rumeurs voulant qu’il se serve allègrement dans le porte-monnaie de sa fille, M. Spears a répondu: «Je dois rapporter chaque sou que je dépense au tribunal. Comment pourrai-je voler quoi que ce soit?»

L’homme de 68 ans a conclu l’entrevue en disant qu’il aimait sa fille.

«J’aime tous mes enfants. Mais ça, c’est de nos affaires. C’est privé.»

Aussi sur le Sac:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus