Une femme obligée de quitter un gym parce qu’elle n’est pas assez vêtue | Le Sac de chips
/unbelievable

Une femme obligée de quitter un gym parce qu’elle n’est pas assez vêtue

Une Américaine du Tennessee a dû quitter un centre d’entraînement parce que son habillement laissait entrevoir trop de peau.

Julia Maren s’entraînait comme elle le fait habituellement quand, récemment, un employé du gymnase s’est approché d’elle et lui a demandé de retirer ses écouteurs.

• À lire aussi: Guy A. Lepage se chicane avec un complotiste qui prétend être invité à «Tout le monde en parle»

• À lire aussi: Une influenceuse prétend boire des smoothies au sperme pour se protéger contre le coronavirus

Intriguée, elle s’est exécutée, mais elle a eu la mauvaise surprise d’entendre quelque chose auquel elle ne s’attendait vraiment pas.

«Quelqu’un m’a interrompu pour me dire que si j’avais besoin d’un t-shirt, il pouvait m’en procurer un et que si je voulais poursuivre mon entraînement, je devais me couvrir», a écrit la jeune femme sur Instagram.

Révoltée, elle a accompagné sa publication d’une photo montrant la façon dont elle était habillée.


Vêtue d’un top sport conventionnel et d’un legging taille haute, Maren considère que sa tenue n’avait rien d’obscène ou de vulgaire.

• À lire aussi: Un homme prétend avoir perdu 30 livres en 5 mois en ne s’entraînant que 4 minutes par jour

Mais ce qu’elle déplore le plus, c’est le double standard en vigueur dans ce gymnase: «Pendant ce temps, n’importe quel "tapon" peut s’entraîner dans le coin là-bas avec les tétons qui sortent de sa camisole», a-t-elle également écrit dans sa publication Instagram.


Affirmant que le sexisme existe toujours, elle enchaîne: «Si le problème est que je suis une distraction, pourquoi est-ce que la responsabilité n'est pas l’affaire de la personne qui est distraite?»

• À lire aussi: Une combattante du UFC documente en photos son confinement complètement nue

«Quand allons-nous cesser de faire la police avec les corps des femmes et tenir les autres responsables de les avoir sexualisés?» écrit-elle avant de conclure avec humour: «La prochaine fois, je me pointe au gym en camisole avec les tétons qui sortent».

Le centre d’entraînement n’ayant pas été nommé, impossible de savoir si ce dernier a réagi, mais Julia, elle, a reçu le soutien de dizaines de personnes sur son compte Instagram.

À voir aussi sur le Sac de Chips:  

s

s

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus