Donald Trump a la COVID-19 et ce n’est pas surprenant si on se fie à ces 5 tweets qui prouvent qu’il n’a pas pris la pandémie au sérieux | Le Sac de chips
/unbelievable

Donald Trump a la COVID-19 et ce n’est pas surprenant si on se fie à ces 5 tweets qui prouvent qu’il n’a pas pris la pandémie au sérieux

Image principale de l'article Donald Trump a la COVID-19 et on n’est pas surpris
AFP

Ainsi donc, à un mois des élections présidentielles américaines, le 45e président des États-Unis, Donald J. Trump a la COVID-19.

• À lire aussi: [QUIZ] Qui l’a dit? Trump ou Biden?

Mais ce n’est tout. Son épouse Melania et sa proche conseillère Hope Hicks ont également été contaminées par le nouveau coronavirus.

La nouvelle, qui a été annoncée au beau milieu de la dernière nuit, s’est propagée à la vitesse de l’éclair au petit matin.


Évidemment, cette annonce a suscité de très nombreuses réactions partout sur Terre; certaines ne souhaitant pas nécessairement un prompt rétablissement au controversé homme d’affaires devenu politicien.

• À lire aussi: Trump affirme à ses partisans: «Si je perds contre Biden [...], vous ne me verrez plus jamais»


Il faut dire que depuis le pandémie, qui a maintenant fait plus d’un million de morts sur la planète, le président des États-Unis (le pays le plus touché) n’est pas reconnu pour avoir eu la meilleure gestion de la crise.

• À lire aussi: Elle dépose des cacas de chien dans les boîtes aux lettres de partisans de Trump: la police la recherche

En effet, il a souvent émis des propos contradictoires et sa position face au virus a changé constamment, passant de «y’a rien là» à «je l’ai».

En Angleterre, The Independant a recensé 5 gazouillis qui démontrent que Trump a pris à la légère la pandémie actuelle et nous vous les présentons aujourd’hui.

Le 24 février 2020:


Dans ce tweet, en plus d’affirmer que la COVID-19 est sous contrôle aux États-Unis, Trump prétend que les marchés boursiers recommencent à bien aller. Or, la journée même, les indices Dow Jones et S&P 500 ont connu leur pire déclin quotidien depuis 2018.

Le 25 février 2020:


Trump se moque du leader démocrate au Sénat, Chuck Schumer, qui lui a demandé de considérer débloquer plus que les 2,5 milliards de dollars prévus pour se préparer à la pandémie. Trois semaines plus tard, le Sénat qui est contrôlé par les Républicains de Trump n’avait autre choix que d’entériner une aide de plus de 500 milliards de dollars.

• À lire aussi: Joe Exotic demande un pardon à Donald Trump parce qu’il se serait fait agresser sexuellement en prison

Le 26 février 2020:


Trump se permet de mal épeler le nom du virus, et s’en prend aux médias et aux Démocrates, les accusant de vouloir faire passer le virus pour pire qu’il l’est réellement. Il conclut ensuite en disant que les «USA sont en grande forme». Huit mois plus tard, 200 000 de ses concitoyens ont succombé de la COVID-19.

Le 27 février 2020:


Une fois de plus, le président s’en prend aux médias. Il accuse cette fois-ci CNN d’essayer de causer une panique et d’avoir un biais en ne présentant que des invités qui le blâment pour sa gestion de la crise.

Le 28 février 2020:


Trump se positionne une fois de plus en victime, tout en essayant de prendre le crédit pour sa supposée bonne gestion de crise. Selon lui, «le virus se propage très lentement aux États-Unis» parce qu’il a «rapidement fermé les frontières et mis fin aux vols internationaux», mais les Démocrates pensent quand même que le coronavirus est de sa faute.

Et voici un autre petit exemple en photo:

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s


Sur le même sujet