Des garçons québécois mettent une jupe pour aller à l’école pour protester contre des mesures sexistes | Le Sac de chips
/unbelievable

Des garçons québécois mettent une jupe pour aller à l’école pour protester contre des mesures sexistes

Image principale de l'article Ils mettent une jupe pour aller à l’école
Instagram @hd.mot & @guillaume.dery

Des adolescents du Québec ont décidé de soutenir leurs consoeurs de classe en enfilant, eux aussi, la traditionnelle jupe.

Frustré par le code vestimentaire à son école secondaire, Tom Ducret-Hillman a récemment publié sur Instagram une courte vidéo et deux images où il apparaît, portant une jupe, en compagnie d’un ami.


Dans le message qui accompagne la publication, il explique sa démarche: «Le code vestimentaire c'est la chose la moins sensée que j'aies jamais vu pour vrai faudrait changer s'taffaire la. [...] S'pa parce qu'un gars porte une jupe que "oMg cESt fuCkIng gaY» [SIC].

• À lire aussi: Une femme obligée de quitter un gym parce qu’elle n’est pas assez vêtue

Comme il le dit lui-même en majuscules: «TOUT LE MONDE PEUT S'HABILLER COMME ILS LE VEULENT PERIODT.».

Tom a bien évidemment raison, comme le prouvent les 9000 «J’aime» qu’il a reçus sur Instagram, mais les mentalités ne sont pas faciles à transformer.

Son message d’inclusivité et d’acceptation des différences a toutefois fait son petit bonhomme de chemin.

• À lire aussi: Voici pourquoi les vedettes québécoises et les femmes du monde partagent des photos d'elles en noir et blanc

On peut même présumer qu’il s’est rendu jusqu’à un certain Guillaume Déry parce que lui aussi a fait à peu près la même chose, le lendemain, avec sa bande de copains.

Dans une salle de bain d’une école, on peut apercevoir une demi-douzaine d’ados qui semblent venir de troquer leurs pantalons pour des jupes.

Récoltant jusqu’à présent plus de 52 000 «J’aime» sur Instagram, Guillaume écrit: «La société traite les femmes comme si elles étaient responsables des actions que les autres portent sur elles alors que la réalité est bien différente. Ce n’est pas la longueur de leur jupe qui devrait décider de si les garçons sont aptes à écouter en classe. Ce n’est pas parce qu’une fille porte des shorts courts que les hommes ont le droit de lui parler mal dans la rue. La responsabilité de ces actes appartient à ceux qui ont posé le geste et non à ceux qui l’ont subis.»

• À lire aussi: Bernard Pivot accusé de sexisme envers Greta Thunberg après un tweet douteux

Le Sac de Chips salue l’initiative de ces brillants jeunes hommes!

Y’a de l’espoir, les amis...

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus