«Vous êtes le président, vous n'êtes pas l'oncle coucou de quelqu'un!» | Le Sac de chips
/unbelievable

«Vous êtes le président, vous n'êtes pas l'oncle coucou de quelqu'un!»

Image principale de l'article Trump se fait chauffer les fesses pour un retweet
AFP

Donald Trump et Joe Biden devaient s'affronter lors du deuxième débat d'une série de trois, jeudi soir. Puis, Trump et le trois quart de sa garde rapprochée ont reçu la visite de la COVID-19 dans leur corps. Les gestionnaires des débats ont proposé un débat virtuel, à quoi le président Trump à répondu: «Non merci!».

Donc, jeudi soir, les Américains ont dû jouer habilement de la télécommande pour suivre deux émissions spéciales diffusées en parallèle sur deux chaines différentes. 

Naturellement, nous sommes ici pour vous guider vers l'essentiel de cette soirée. Deux moments particulièrement délicieux ont retenu notre attention et celle du web tout entier.

D'abord, Trump a dû se justifier d'avoir retweeté une théorie du complot émanant d'un site lié à la mouvance QAnon. L'histoire en question prétendait que Joe Biden avait participé à la mise en place d'une mise en scène complète de l'assassinat d'Osama Ben Laden par des NAVY Seals en 2011, alors qu'il était vice-président des États-Unis. 

Voici ce que Trump a répondu à la modératrice Savannah Guthrie, qui n'a pas semblé convaincue par sa justification.

Le président s'est par ailleurs refusé à condamner explicitement la mouvance conspirationniste QAnon.

«Je ne connais rien de QAnon», a-t-il affirmé avant d'assurer qu'il était d'accord avec leurs positions «contre la pédophilie».

Ce beau sourire

Maintenant, LE meilleur moment de la soirée, lorsqu'une spectatrice a eu l'opportunité de poser une question à son président, mais qu'avant de procéder, elle en a profiter pour lui dire ceci...

Ok, madame. C'est votre opinion...

Pour revoir l'assemblée de Trump dans son intégralité, c'est ici.

Pour revoir l'assemblée de Biden dans son intégralité, c'est ici.

Pour voir des vidéos beaucoup plus divertissantes, c'est ici  

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus