[VIDÉO] Indépendance du Québec: Pascal Bérubé décoche une énorme flèche à François Legault | Le Sac de chips
/zoneassnat

[VIDÉO] Indépendance du Québec: Pascal Bérubé décoche une énorme flèche à François Legault

Pascal Bérubé et François Legault
Montage Mathieu Blanchet

Pascal Bérubé et François Legault

À la veille du 25e anniversaire du deuxième référendum portant sur la souveraineté du Québec, le chef parlementaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, a profité de la période de questions pour demander au premier ministre du Québec la raison pour laquelle il est devenu fédéraliste.

• À lire aussi: Les partis d'opposition ramènent le terme «docile» pour répondre à l’appel de Geneviève Guilbault

• À lire aussi: Les libéraux accusent François Legault de faire du «mansplaining»

Le 30 octobre 1995, les Québécois refusaient à 50,58% de se séparer du Canada.

«Est-ce que le premier ministre peut m’indiquer ce qui a changé, depuis 25 ans, dans la relation entre le Canada et le Québec et qui justifie maintenant son allégeance au fédéralisme canadien?» a d’abord questionné Bérubé. 

M. Legault a répondu, comme à son habitude, que les Québécois ne voulaient pas de la souveraineté du Québec. 

«Donc, c’est bien beau de critiquer notre plan, mais c’est quoi son plan? Faire un référendum? Faire la souveraineté? Faire un projet que la majorité des Québécois ne veulent pas, se faire dire non une troisième fois? Quelle mauvaise idée!» a-t-il indiqué. 

C’est en réponse à ces propos que le député de Matane-Matapédia a envoyé une pointe au chef de la Coalition avenir Québec et ex-péquiste. 

«Ce qui est une mauvaise idée, c’est d’abandonner ses convictions pour le pouvoir», a déclaré le péquiste. 

Ouch. 

s

La répartie de Bérubé

Autre bon moment de cet échange, lorsque le chef parlementaire du Parti québécois a repris au bond le fait que M. Legault ait paraphrasé René Lévesque. 

«Je veux paraphraser, là, parce que je n'ai pas en mémoire le texte exact, là, mais René Lévesque disait : “méfiez-vous des politiciens qui regardent le peuple de haut puis qui se disent : moi, j'ai la vérité, mais le peuple ne comprend pas”. Moi, j'ai pris acte, j'ai pris acte de ce que le peuple pense puis j'invite le chef du Parti québécois à faire la même chose», a d’abord dit le premier ministre. 

«Bon. Alors, maintenant, M. le Président, le premier ministre se compare à René Lévesque. On est rendu là», a rétorqué Bérubé. 

Ce dernier était en forme aujourd’hui! 

Ailleurs sur le Sac de chips :   

s

s

s