Le Bye Bye a de la compétition cette année! | Le Sac de chips
/harddrive

Le Bye Bye a de la compétition cette année!

C’est connu, l’humour est un exercice de plus en plus périlleux et... c’est tant mieux. 

François Pérusse  

Photo courtoisie

★★★★

L’album du peuple – Tome XI

L’humour est maintenant omniprésent. Il anime à la radio ou, encore, il y fait des chroniques. Il est à la télé dans un sitcom ou il surprend avec un rôle dramatique au cinéma. Il a sa série web avec ses chums en plus de produire un podcast où ils plaisantent avec d’autres comiques qui, eux aussi, ont des baladodiffusions où ils invitent leurs collègues, etc. Bref, l’humour est partout, multiple, sur la sellette et, bien sûr, son public – de plus en plus large et aux sensibilités diverses – se fait plus critique tant il en consomme. 

D’OÙ CETTE FASCINATION POUR FRANÇOIS PÉRUSSE

Malgré sa dégaine très proche du fameux peuple, justement, Pérusse captive encore et toujours. Chaque annonce d’album est un événement en soi (le micro « scandale » autour du format exclusivement numérique du Tome XI en témoigne, d’ailleurs). Près de 30 ans après la parution du premier Album du peuple, l’humoriste et musicien demeure pertinent et même étonnant avec « ce 11e album qui est, en fait, son 15e » comme il le mentionne en introduction de l’œuvre. 

Fidèle à son habitude, Pérusse tire sur tout ce qui bouge à une vitesse ahurissante en passant de l’humour absurde, aux jeux de mots, en passant par les chansons, bien sûr, ainsi que les sketches élaborés (dont un délicieux sur les influenceurs). Les écoutes multiples et attentives sont plus que jamais obligatoires. Outre quelques gags pas très woke qui tombent à plat (mais qui passent, à 300 à l’heure ; le malaise ne s’étirant pas), L’album du peuple – Tome XI englobe bien une année qu’on aurait bien sautée, en effet.

Le Bye Bye aura de la compétition cette année !

Miley Cyrus  

Photo courtoisie

★★★

Plastic Hearts

La chanteuse et actrice prend une pause d’expérimentations et revient à ses aspirations pop sur ce cinquième album conçu en compagnie de grosses pointures comme Dua Lipa (entendue sur le single Prisoner), Joan Jett (en duo sur Bad Karma) ainsi que des producteurs de la trempe de Mark Ronson. Évidemment, Cyrus nous ramène en terrain hyper connu. À défaut de surprendre, Plastic Hearts s’avère être un LP où les temps morts se font rares. Les fans de la première heure seront ravi(e)s. 

Voivod  

Photo courtoisie

★★★1⁄2

Lost Machine Live

Les légendes vivantes du metal local confirment pour une énième fois leur force de frappe avec une deuxième offrande captée en concert livrée cette année. Quatre mois après The End Of Dormancy, un EP enregistré pendant un show bardé de cuivres au FIJM, Voivod y va avec Lost Machine Live, tiré d’un passage à l’Impérial lors de l’édition 2019 du Festival d’été de Québec. Évidemment, l’œuvre est essentiellement pour les fans, mais la qualité de la captation fait en sorte que les curieuses et curieux y trouveront également leur compte. 

Sophia Bel  

Photo courtoisie

★★★★

Princess of the Dead, Vol. II

Après avoir proposé deux singles presque aux antipodes (Voyage astral, une pièce trip hop envoûtante et You’re Not Real You’re Just A Ghost, un bijou à la croisée des chemins entre Billie Eilish, Avril Lavigne et Slowdive), l’artiste pop locale Sophia Bel clôture l’année en rassemblant son matériel sur un maxi qui happe tout en nous laissant l’air hébété. C’est de la pop imprévisible et intelligente. Sûrement influencé par les courants forts des années 90 et 2000, Princess of the Dead, Vol. II demeure bien de son temps. Sophia Bel, un nom à garder en tête, en effet. 

Coup de coeur  

VIVIANE AUDET

Photo courtoisie

★★★★1⁄2

Les filles montagnes

L’actrice, chanteuse et musicienne dévoile un premier album instrumental bellissime, poignant et engagé. Inspiré de la tragédie de Polytechnique (Audet signe d’ailleurs la trame sonore du documentaire Ce qu’il reste du 6 décembre), Les filles montagnes, c’est onze chansons pianotées qui s’écoutent comme un récit. C’est d’une tristesse, mais aussi d’une telle grâce. Parmi les parutions locales les plus émouvantes de l’année. Les fans des Stréliski et Blais vont adorer.