Le Québécois qui avait loué un monte-charge pour saluer sa conjointe en CHSLD raconte le départ de sa femme | Le Sac de chips
/touching

Le Québécois qui avait loué un monte-charge pour saluer sa conjointe en CHSLD raconte le départ de sa femme

s

L’histoire touchante de Ghislain Racine, qui avait loué un monte-charge en plein confinement pour aller voir sa conjointe atteinte d’Alzheimer dans un CHSLD de Saguenay, avait conquis le cœur des Québécois. 

• À lire aussi: Le «Roméo» du Saguenay a pu revoir sa belle

• À lire aussi: La photo bouleversante d'un médecin enlaçant un monsieur âgé atteint de la COVID-19 devient virale

La saga du «Roméo du Saguenay» a toutefois pris fin d’une triste manière cet été, alors que sa «Juliette» a rendu l’âme en août. 

Malgré cette nouvelle tragique, Ghislain Racine affirme que le dénouement de cette histoire n’est pas malheureux. 

«Quand je suis arrivé à l’hôpital, elle n’était même plus consciente, elle s’en allait. Je voulais qu’elle revienne à la normale, mais c’était impossible. C’est une belle fin, si elle n’était pas morte, elle serait légume aujourd’hui», a-t-il expliqué, lundi, en entrevue à l’émission Denis Lévesque.

Une véritable histoire d’amour  

M. Racine a pu tenir compagnie à sa femme quelques minutes avant son décès.

• À lire aussi: Un couple marié depuis 62 ans a pu se réunir une dernière fois

• À lire aussi: Un couple marié depuis 70 ans enfin réuni après des mois d’isolement

«On m’a appelé pour me dire qu’il était arrivé quelque chose de grave à ma femme et que je devais venir, a-t-il raconté. Elle s’était étouffée avec de la nourriture et elle n’arrivait à la faire sortir.»

En raison de la condition de son épouse, il était impossible de l’intuber et de remédier à la situation. 

«Le médecin m’a laissé seul avec elle. Je l’ai pris dans mes bras et elle a arrêté de se battre. J’ai vu qu’elle s’en allait et elle a fait comme dans les films», a mentionné l’homme de 81 ans, visiblement très émotif. 

«T’es mon amour, tu vas toujours rester avec moi.»

C’était les derniers mots que M. Racine a prononcés à sa femme des 50 dernières années avant «de lui fermer les yeux».  

À voir aussi sur le Sac de chips

s

s

s

 

Sur le même sujet