Vers une année musicale encore plus engagée? | Le Sac de chips
/harddrive

Vers une année musicale encore plus engagée?

2021 s’annonce aussi engagée au sein des sphères publiques et politiques que dans les studios d’enregistrement. Justement, le vétéran Zachary Richard mène la charge locale avec ce simple réunissant deux versions – une gospel, une folk – de Lettre de Birmingham, une chanson inspirée d’un épisode marquant de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis. 

Zachary Richard  

Photo courtoisie

★★★1⁄2

Lettre de Birmingham

DE MLK À BLM

Quelques mois après la prise de conscience collective accompagnant le mouvement Black Lives Matter, le chanteur acadien s’inspire ici d’une lettre célèbre de Martin Luther King Jr. et fait aussi référence au dimanche sanglant (bloody sunday) où, lors d’une marche symbolique revendiquant le droit de votes pour les Afro-Américains, 600 manifestants ont été tabassés par les forces de l’ordre. Dans sa fameuse missive postée en 1963, le pasteur défend notamment la résistance non violente au racisme et invite également à la désobéissance aux lois injustes.

Plus d’un demi-siècle plus tard, le message demeure aussi évocateur que d’actualité, en effet.

Pour revenir aux pièces, l’artiste militant met aussi de l’avant une certaine opposition sur fond de musiques gospel et folk convenues, mais ô combien efficaces. Bien que le texte de Richard est plutôt sage et succinct – on en aurait pris plus, bref... ce qui est souvent le propre d’une œuvre porteuse –, il résonne et, surtout, témoigne de l’impact que la mouvance BLM peut avoir.

Est-ce que d’autres légendes vivantes se mouilleront et jetteront leur proverbial chapeau dans l’arène en 2021 ? J’espère que oui.   

Julien Manaud  

Photo courtoisie

★★★★

Adaptation, vol. 2

Un an après un premier maxi à s’approprier du matériel paru sur son label électro de façon minimaliste, Julien Manaud en rajoute avec une nouvelle sélection de reprises dénudées d’effets, mais chargée d’émotions, s’accompagnant essentiellement que du pianiste Alexis Dumais. Même sans les références, l’exercice demeure aussi intéressant qu’apaisant. 

ZAYN  

Photo courtoisie

★★

Nobody Is Listening

Près de trois années après Icarus Fall, œuvre épique de 27 chansons généralement bien reçue par la critique, l’interprète pop R&B revient à la charge avec – et je cite – son « album le plus personnel à ce jour ». Malheureusement, la phrase creuse ne s’arrête pas là alors que Nobody Is Listening croule sous les pièces tantôt minimalistes trendy (pensez « lofi hip hop radio - beats to relax/study to » sur YouTube, mais avec Zayn qui chantonne en prime), tantôt cruellement beiges. Pour les fans surtout.  

Lavabo  

Photo courtoisie

★★★

Lavabotomie

Véritable canif suisse musical, le réalisateur, chanteur et musicien Jeannot Bournival (Les Tireux d’roches, Fred Pellerin et j’en passe) ajoute une nouvelle « lame » à son kit avec Lavabo. Après avoir donné dans le trad et le jazz, notamment, Bournival opte pour une formule un peu plus folk tout en laissant une place de choix à ses passions précédentes sur ce projet. En résulte un maxi décomplexé combinant des reprises inattendues (de Plastic Patrick et Stromae) ainsi que des compositions un brin grivoises. Cordial, bref.

Coup de coeur  

DEATH CAB FOR CUTIE

Photo courtoisie

★★1⁄2

The Georgia E.P.

Ben Gibbard et ses potes rendent hommage à un terreau fertile du rock alternatif américain – la Géorgie – avec ce maxi adaptant des classiques de héros locaux comme R.E.M. et Neutral Milk Hotel. En résulte une écoute en dents de scie (la reprise de Fall On Me est cruellement molle, par exemple, mais celle de The King of Carrot Flowers. Pt. One, toutefois, étonne), mais tout de même sympa.