La chroniqueuse Manal Drissi trouve le gouvernement «déconnecté sur un e*** de moyen temps» | Le Sac de chips
/zoneassnat

La chroniqueuse Manal Drissi trouve le gouvernement «déconnecté sur un e*** de moyen temps»

Image principale de l'article Manal Drissi trouve le gouvernement «déconnecté»

L’initiative #TousEnsemblePourAllerMieux du ministre Lionel Carmant ne semble pas avoir charmé la chroniqueuse Manal Drissi.

• À lire aussi: François Legault fait de la planche à neige dans sa cour et on espère que la photo deviendra virale comme celle de Bernie Sanders

• À lire aussi: Voici ce que font les politiciens pour «aller mieux»

• À lire aussi: Le ministre Lionel Carmant danse dans son salon avec sa conjointe et c’est très cute

Cette dernière pourfend les députés du gouvernement et les accuse de ne pas être conscients de leurs privilèges dans une publication partagée plus de 1300 fois en trois heures lundi. 

Vendredi dernier, les députés de la Coalition avenir Québec ont partagé, sur les réseaux sociaux, une activité qu’ils font normalement pour se sentir mieux en ces temps difficiles. 

«Chacun sa marde, chacun sa chance, mais pour éviter le gouffre par temps difficiles, ça prend un minimum de privilège. Et visiblement, autour de la table des décideurs, il manque des gens pour le leur rappeler», a-t-elle affirmé. 

«Il faut être déconnecté sur un e*** de moyen temps comme ministre pour se montrer en train de jouer du piano à queue dans son salon grand comme un 3 et demi et oser le hashtag tous ensemble pour aller mieux. Ou en train de gratter une guitare dans sa chemise La Baie à 200 piasses devant l’imposante fenestration de sa coûteuse demeure avec son salaire garanti. Ou devant un paysage montagneux à couper le souffle dans son équipement de ski étincelant. Jetez-moi des roches: même se montrer en train de prendre une marche dans sa spacieuse banlieue où s’alignent des constructions récentes avec cour et stationnement privés en appelant à la solidarité collective, quand on est ministre, illustre une rupture malaisante d’avec la réalité urbaine des moins nantis. Vous avez le tous ensemble aussi exclusif qu’aveugle, gang», a soutenu Drissi. 

Elle précise que tout le monde n’est pas égal dans cette crise et elle aimerait que le gouvernement s’ouvre les yeux sur la condition des plus vulnérables. 

«C’est dur d’aller mieux quand t’as pas les moyens d’aller tout court, peut-on lire. Prenez-vous don’ en selfie avec des chèques pour les organismes d’aide. Avec des espaces convertis en refuges pour accueillir tous les sans-abris, de nouveaux effectifs en santé mentale, des systèmes de ventilation pour les écoles vétustes et de l’équipement pour les enfants des villes qui même dans une année normale n’ont pas le privilège de voir l’hiver hors de leurs quartiers de béton.»

Manal Drissi explique ensuite pourquoi certains qualifient la CAQ de «gouvernement de banlieue».

«Ça veut pas dire que la vie est systématiquement belle hors des villes. Ça veut dire qu’il manque de gens autour des tables où les décisions se prennent qui savent c’est quoi, d’être vulnérable, d’être à la rue, d’être empilés dans un immeuble à logements, d’être toujours short pour payer ses factures, d’être isolé dans des circonstances qui n’ont rien d’enviable», a-t-elle indiqué. 

«Quand on sera tous représentés autour de la table du pouvoir, on pourra parler d’être tous ensemble pour aller mieux. En attendant, prière de vous garder une petite gêne avec vos hashtags solidaires qui nous décri****t l’espoir», a conclu la chroniqueuse. 

Voici sa publication complète :

#TousEnsemblePourAllerMieux J’ai frappé un mur ce mois-ci. Je suis mentalement drainée. Rien pour appeler une ligne...

Publiée par Manal Drissi sur Lundi 25 janvier 2021

Ailleurs sur le Sac de chips :  

s

s

s

Sur le même sujet