Le logo du Wu-Tang Clan au coeur d’un conflit diplomatique entre la Chine et le Canada | Le Sac de chips
/unbelievable

Le logo du Wu-Tang Clan au coeur d’un conflit diplomatique entre la Chine et le Canada

Qui aurait cru que l’emblème du groupe rap Wu-Tang Clan deviendrait, un jour, l’objet d’une dispute entre Beijing et Ottawa?

• À lire aussi: Les Chinois utilisent maintenant le prélèvement anal pour détecter la COVID-19

• À lire aussi: La rumeur selon laquelle le prélèvement anal pour la COVID-19 ferait marcher les gens comme des manchots n’est pas fondée, selon les autorités chinoises

La réponse est: personne.

Mais puisque plus rien n’est étonnant en 2021, voici le récit de cette histoire improbable.

Attachez votre tuque avec de la broche, c’est pas simple!

Comme le rapporte The Guardian, au milieu de l’année 2020, quelques mois donc après qu’un nouveau coronavirus potentiellement originaire de la ville chinoise de Wuhan se soit propagé partout sur Terre, quelqu’un à l’ambassade canadienne à Beijing a eu l’idée de commander des t-shirts à l’effigie du logo du Wu-Tang Clan, mais où les mots «Wu-Tang Clan» sont remplacés par le mot «Wuhan».

RZA, du Wu-Tang Clan, lors d'un concert de la mythique formation à l'été 2017.

AFP

RZA, du Wu-Tang Clan, lors d'un concert de la mythique formation à l'été 2017.


Selon le point de vue canadien, il s’agit de t-shirts pour créer un esprit d’équipe au sein du personnel de l’ambassade, occupé à rapatrier les Canadiens coincés à Wuhan en pleine pandémie.

• À lire aussi: De la crème glacée déclarée positive à la COVID-19 en Chine

«Le logo du t-shirt conçu par un employé de l’ambassade montre un W stylisé, et n’a pas l’intention de représenter une chauve-souris», a écrit par voie de communiqué la porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, Christelle Chartrand.

«Il s’agissait d’une initiative personnelle de la part d’un employé, et cela n’était pas endossé par l’ambassade ou Affaires mondiales Canada. Nous regrettons le malentendu», a-t-elle ajouté.

Selon le point de vue chinois, le logo montre, vous l’aurez deviné, une chauve-souris, ce qui est perçu comme un insulte, parce que selon de nombreux scientifiques la COVID-19 s’est transmise aux humains par le biais du petit mammifère volant.


Sur Weibo, le Twitter chinois, de nombreux usagers se sont plaints de cette allusion subtile à la chauve-souris et à la théorie selon laquelle le virus mortel serait originaire de la ville de Wuhan.

• À lire aussi: Une unijambiste sexy devient culturiste et séduit les foules

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré en début de semaine: «Nous sommes très choqués par ceci. Nous avons exprimé notre mécontentement au Canada, nous avons demandé une enquête approfondie pour avoir des explications claires. Le virus ne doit pas être imputé à des pays ou des régions spécifiques.»

Depuis les premiers jours de la pandémie, la Chine tente en effet de se disculper d’avoir été le lieu de naissance du nouveau coronavirus et essaie de se défaire du stéréotype selon lequel ses citoyens aiment manger des animaux exotiques.

Ce mercredi, Wang Wenbin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères s’est dit «peu convaincu» par les explications canadiennes depuis le début de la controverse et a rejeté la justification d’Ottawa selon laquelle les t-shirts n’étaient pas une insulte liée au coronavirus.

• À lire aussi: McDo a lancé un burger complètement dégueu en Chine

«Les méfaits du personnel canadien concerné ont déjà causé un impact odieux et déclenché un ressentiment puissant et du mécontentement au sein des citoyens chinois ordinaires. Les Canadiens devraient s’occuper de cette affaire sérieusement et donner une explication claire aux Chinois aussi vite que possible», a-t-il déclaré.

Le Wu-Tang Clan, lui, n’a pas réagi.

Mais parions que ni Ottawa, ni Beijing n’osera réveiller l’ours qui dort, parce qu’après tout, Wu-Tang Clan Ain’t Nuthing Ta F**k Wit !

À voir aussi sur le Sac de Chips:  

s

s

s