L’homme qui avait pété volontairement près de policiers voit sa sentence réduite | Le Sac de chips
/unbelievable

L’homme qui avait pété volontairement près de policiers voit sa sentence réduite

Image principale de l'article Il a pété volontairement près de policiers
Adobe Photo Stock

Un homme qui avait reçu une amende de 500 euros pour avoir émis une lourde flatulence de façon provocante en présence de policiers a vu sa sentence réduite après un appel.

• À lire aussi: Il lâche un gros pet en présence de policiers et écope de 763$ d'amende

En juin 2020, nous vous rapportions la nouvelle à l’effet qu’un Autrichien non-identifié avait écopé d’une amende de 500 euros (746 dollars canadiens) pour avoir lâché une flatulence que les policiers avec qui il était confronté ont trouvé provoquante.

• À lire aussi: L’humoriste Math Duff fait un pet harmonique et les gens font des covers de son pet

Lors de l’incident qui s’était déroulé dans un parc, le jeune homme, après s'être montré «provoquant et peu coopératif», «s'est levé légèrement du banc, a regardé les agents et a, manifestement de façon tout à fait délibérée, émis une flatulence massive à proximité immédiate de ceux-ci», avait écrit la police autrichienne, à l’époque.

Mais voilà, le péteur en cause dans cette histoire a contesté le billet d’infraction qui lui a été remis, comme le rapporte thelocal.at.

L’audition (fort probablement très étrange) a récemment eu lieu dans un palais de justice de Vienne.

• À lire aussi: [SONDAGE] Saviez-vous que George Clooney a déjà fait caca dans une litière à chat?

L’homme a tout d’abord argué que le fait d’émettre des flatulences était un processus biologique.

Puis, il a expliqué que même dans le cas où il aurait pété volontairement pour provoquer les policiers, ses flatulences auraient été une manifestation de sa liberté d’expression.

Selon Cour administrative régionale de Vienne, le droit fondamental à la liberté de communication n’est pas limité à une certaine forme de communication, mais pour cela, une déclaration doit avoir un certain «contenu communicatif».

Toutefois, ce n’est pas le cas avec les «stimuli purement corporels», comme les flatulences, selon la cour.

• À lire aussi: [SONDAGE] Faut-il renommer l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau?

Celle-ci a donc conclu que même si elle acceptait le fait de péter comme un moyen de communication, les flatulences seraient tout de même «une forme d’expression qui transcende les frontières de la décence».

En conséquence de quoi, elle a maintenu le constat d’infraction qu’a reçu l’homme, en en diminuant cependant l’amende. 

Notre péteur devra maintenant payer 100 euros pour avoir lâché un vent trop près des forces constabulaires.
Considérant la joie que cela a apporté aux amateurs de faits divers insolites partout dans le monde, on peut dire que c’est pas cher payé...

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s


Sur le même sujet