Ô merde: il y aura une exposition sur le CACA à Québec | Le Sac de chips
/unbelievable

Ô merde: il y aura une exposition sur le CACA à Québec

Le Musée de la civilisation de Québec ose une exposition sur les matières fécales

Des objets, comme ici des couches, et même des œuvres d’art sont exposés aux curieux.
Photo Stevens LeBlanc

Des objets, comme ici des couches, et même des œuvres d’art sont exposés aux curieux.

À l’entrée de la salle, le visiteur est accueilli par une toilette dans laquelle repose un étron doré et, sur le mur, on peut lire: bienvenue dans la merde !

Non, nous ne sommes pas dans une toilette publique mal entretenue, mais plutôt en plein cœur du Musée de la civilisation de Québec, où l’on présente, à compter de jeudi, l’exposition Ô merde.

Aussi audacieuse et amusante qu’enrichissante, cette incursion dans l’univers de l’or brun décortique les matières fécales, du dégoût qu’elles suscitent aux enjeux liés à leur gestion et à leur revalorisation.

Pourquoi parler caca ? «Parce que c’est un sujet qui est peu connu, mal aimé et pourtant commun à l’ensemble des mortels», explique celle qui a eu cette drôle d’idée, la chargée de projets d’exposition du musée, Coline Niess.

Ce siège d’aisance, le plus ancien au Québec, date du 18<sup>e</sup> siècle.

Photo Stevens LeBlanc

Ce siège d’aisance, le plus ancien au Québec, date du 18e siècle.

Si le sujet est traité avec sérieux, les concepteurs de cette création originale du Musée de la civilisation ont quand même jugé que l’humour était un ingrédient essentiel pour bien digérer le tout.

Ainsi, en cours de route, vous croiserez une salle de pets qui vous permettra, au moyen d’un test, d’évaluer vos flatulences. Plus loin, une section baptisée Cacarcade vous propose de jouer à Caca-Man, version fécale de Pac-Man, ou à Tire dans l’tas. Malgré l’humour, tout a un fondement éducatif.

«Il fallait, explique le PDG Stéphan La Roche, trouver un équilibre entre notre statut de musée avec une crédibilité qui doit transmettre des connaissances et faire réfléchir les gens, et le faire passer de manière sympathique.»

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Travailleurs de la merde

Des questions cruciales sont abordées dans Ô merde. On rappelle que 81 municipalités du Québec déversent toujours leurs matières fécales dans le fleuve, sans traitement des eaux, et que 55 % de la population de la planète n’a pas accès à des installations sanitaires sûres.

On découvre avec horreur que dans certains pays, en Inde notamment, des vidangeurs de latrines, appelés travailleurs de la merde, doivent manipuler des matières fécales à mains nues, sans protection. 

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

«Ce sont des réalités très concrètes qui sont inconnues des Occidentaux, mais qui nous offusquent, nous bouleversent et nous révoltent», lance Coline Niess.

Une expo appelée à voyager

Une telle exposition serait une première internationale, croit Stéphan La Roche. « Il existe un musée de la toilette en Corée du Sud, mais une exposition comme telle sur la merde, nous pensons que nous sommes le premier musée au monde à le faire de cette façon. »

Dès lors, on peut penser qu’Ô merde pourrait avoir une deuxième vie à l’étranger. «Il y a de l’intérêt, beaucoup de musées s’intéressent à ce qu’on fait. Elle devrait circuler un peu partout», affirme M. La Roche.

À quoi sert l’échelle de Bristol? Combien de rouleaux de papier de toilette allez-vous utiliser dans votre vie? Que veut...

Publié par Musée de la civilisation sur Lundi 14 juin 2021

Ô merde sera à l’affiche au Musée de la civilisation de Québec jusqu’au 26 mars.

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s

Sur le même sujet