«Let’s go Brandon»: la phrase controversée supposément bannie par Trudeau | Le Sac de chips
/unbelievable

«Let’s go Brandon»: la phrase controversée supposément bannie par Trudeau

Image principale de l'article Phrase controversée supposément bannie par Trudeau
AFP

Si vous êtes amis Facebook avec des gens qui partagent n'importe quoi sans en vérifier la véracité, vous avez peut-être vu passer une photo d’un mémo qui aurait été remis aux employés de Services partagés Canada.

• À lire aussi: Éric Duhaime veut vous vendre des t-shirts

Dans le supposé communiqué officiel, on annonce que l’utilisation de la phrase «let’s go Brandon» serait dorénavant interdite dans le service public canadien.

Plusieurs détracteurs de Justin Trudeau et de son gouvernement ont alors partagé des photos de la lettre, alléguant que l'État limitait la liberté d’expression de ses employés.

L'organisme gouvernemental a rapidement précisé qu’elle n’avait rien à voir avec le mémo. En plus, juste en regardant la photo, on peut tout de suite voir que ça a été imprimé sur du papier cheap par une imprimante cheap. Pas sur du beau papier digne de la fonction publique.

Alors, maintenant qu’on sait tout ça, vous vous demandez sûrement qui est Brandon, et pourquoi c’est mal de l’encourager.

Le Brandon en question est Brandon Brown, un pilote automobile. Il y a quelques semaines, Brown a remporté sa première course du circuit Xfinity de Nascar.

Lors de son entrevue post-victoire, dans les gradins derrière le jeune homme, on peut entendre les admirateurs du sport chanter «F*CK JOE BIDEN». Cependant, la journaliste en train d’interviewer Brown a cru à tort entendre «LET’S GO BRANDON». La méprise de la femme a bien fait rire les téléspectateurs.

Depuis, la phrase a été reprise par des partisans de Trump ainsi que d’autres opposants au 46e président américain.

En plus de s’être répandu sur le web, un échantillon de l'entrevue avec le pilote de Nascar a été échantillonné pour une pièce hip-hop très médiocre.

Donc, si vous entendez quelqu’un crier «Let’s go Brandon» dans la rue, préparez-vous à voir une casquette rouge.

Qui a été assez niaiseux de croire qu’on serait assez niaiseux de croire que le gouvernement perdrait son temps à faire interdire une phrase aussi niaiseuse?

On sait ben pas.

Aussi sur le Sac de chips:

s

s

s

Sur le même sujet