À Chicoutimi, une femme frappe sa voisine, se fait arrêter et montre ses parties génitales aux policiers | Le Sac de chips
/zoneassnat

À Chicoutimi, une femme frappe sa voisine, se fait arrêter et montre ses parties génitales aux policiers

Image principale de l'article Elle montre ses parties génitales aux policiers
Agence QMI

Une résidente de Chicoutimi a connu une soirée mouvementée dimanche.

Selon ce qui a été permis d’apprendre dans un texte signé de la plume de la journaliste Patricia Rainville du Quotidien, une femme de 35 ans a montré ses parties génitales aux policiers venus l’arrêter pour une histoire de violence envers sa voisine.

Tout a commencé vers 21 heures dimanche soir, quand la voisine en question est allée prendre une marche à l’extérieur.

• À lire aussi: Une femme de 48 ans vole l’identité de sa fille pour aller à l’université et rencontrer de jeunes hommes

Pour une raison encore inconnue, la femme de 35 ans aurait surgi auprès d’elle et aurait commencé à la ruer de coups de poings au visage.

La victime aurait ensuite réussi à s’éloigner et à appeler la police, tandis q ue son agresseuse rentrait chez elle, dans son appartement.

Une fois les agents du Service de police de Saguenay arrivés sur place, ces derniers ont voulu rencontrer la suspecte, qui a refusé de collaborer.

• À lire aussi: Avec une auto-patrouille derrière lui, un homme s’endort au service au volant d’un McDo de Gatineau

La femme de 35 ans a plutôt réagi en leur faisant des menaces de mort et leur dévoilant «l’entièreté de ses parties génitales», comme l’a mentionné Luc Tardif, porte-parole de la police de Saguenay.

Ce n’est qu’en fin de soirée, après avoir obtenu un télé-mandat leur permettant d’accéder au logis de la suspecte, que les policiers ont pu lui passer les menottes.

Après une nuit passée au poste, la femme a comparu au Palais de justice de Chicoutimi.

• À lire aussi: Un flamant rose s'échappe du zoo et court dans les rues de Granby

Elle a fait face à plusieurs chefs d’accusation, notamment voies de fait, menaces et grossière indécence.

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s

Sur le même sujet