Hugh Hefner, le patron de Playboy, exigeait des orgies cinq soirs par semaine et droguait les femmes, selon un nouveau documentaire | Le Sac de chips
/potins

Hugh Hefner, le patron de Playboy, exigeait des orgies cinq soirs par semaine et droguait les femmes, selon un nouveau documentaire

Image principale de l'article Il exigeait des orgies cinq soirs par semaine
Photo WENN + Capture d'écran / YouTube A&E

Une nouvelle série documentaire à être diffusée prochainement promet de lever le voile sur les côtés sombres du fondateur de la marque aux oreilles de lapin.

Dans la série dont la première prendra l’affiche lundi prochain sur les ondes de A&E, les téléspectateurs en apprendront davantage sur les abus sexuels commis par Hugh Hefner, qui a fondé Playboy en 1952, et sur l’usage de drogues, à cet effet, au fameux Playboy Mansion.

• À lire aussi: Une Casse-Noisette de Playboy ultra sexy se fait mettre à la porte d'un centre commercial

Des anciennes Playmates devenues les petites amies d’Hefner, comme Holly Madison et Sondra Theodore, témoigneront des abus dont elles ont été victimes, ainsi que des exigences sexuelles pratiquement impossibles à satisfaire de leur patron.

Aujourd’hui âgée de 65 ans, Theodore y affirmera entre autres que «le sexe en groupe avait lieu au moins cinq soirs par semaine» et que cela était devenu «un protocole».


«Il aimait diriger. Et vous ne pouviez pas vous éloigner de lui, parce que vous pouviez voir que cela l’irritait», déclare l’ancienne Playmate.

Et pour «encourager» ses conquêtes à participer à ses orgies, Hugh Hefner n’utilisait pas seulement que son charme.

• À lire aussi: Playboy va lancer une nouvelle plateforme pour concurrencer OnlyFans et Lana Rhoades en est la porte-parole

Lisa Loving Barrett, qui fut secrétaire exécutive pour Hef, racontera également dans la série comment des stocks pratiquement infinis de Quaaludes, un puissant sédatif, étaient mis à la disposition des jeunes femmes de son entourage.

«Les Quaaludes, on les appelait des “leg spreaders” (des “écarteurs de jambes”). Je ne veux pas être crue, mais c’était tout le but d’en avoir. Ils étaient un mal nécessaire pour faire la fête», racontera celle qui a travaillé pour Playboy de 1977 à 1989.

Elle expliquera également le stratagème qui permettait à celui qui est décédé à 91 ans en 2017 de constamment se ravitailler en Quaaludes.

• À lire aussi: Une modèle OnlyFans affirme faire des «trips à trois» avec son mari et Dieu

Elle dévoilera également que la cocaïne était aussi abondamment employée dans le Mansion, et qu’une «salle de poudre», où une «pile de cocaïne» était cachée sous un support à papier hygiénique ornementé, existait.

La drogue y abondait tellement qu’un poodle en serait devenu dépendant à force de lécher les planchers de la «salle de poudre».

C’est à ne pas manquer, donc, dès le 24 janvier sur A&E.

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s


Sur le même sujet