Guy Laliberté dévoile son nouveau projet capoté | Le Sac de chips
/potins

Guy Laliberté dévoile son nouveau projet capoté

s

« You’re a frog, I’m a Frog, kiss me », aurait pu chanter Guy Laliberté lors des derniers jours. Déguisé en grenouille, le fondateur du Cirque du Soleil a repris le devant de la scène sur son compte Instagram, le temps de faire mousser sa nouvelle folie.

• À lire aussi: Guy Laliberté a publié le message de St-Valentin le plus étrange de l’histoire

« Quand j’ai vendu le Cirque du Soleil, j’ai dit que je souhaitais, éventuellement, retrouver un contact direct avec le public », a expliqué Laliberté, par courriel, en réponse aux questions du Journal de Montréal.

C’est en 2015 que l’homme d’affaires a cédé son entreprise pour un montant de 1,5 milliard $. En 2020, juste avant la pandémie, la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui était actionnaire du Cirque à l’époque, lui avait d’ailleurs versé 75 millions $ US pour acheter son dernier bloc d’actions. 

• À lire aussi: Jeff Bezos et son frère s'en vont dans l'espace

Depuis, Laliberté s’était fait discret, de son île en Polynésie ou à Hawaii, mais il est réapparu lors des derniers jours dans de délirantes capsules vidéo. « J’ai décidé de revenir à mes premiers amours, à l’avant de la scène », avoue le principal intéressé. 

Lui qui a été souvent qualifié de « Frog » en raison de ses origines québécoises francophones, a choisi de jouer à fond avec le symbole. 

Photo tirée d’INSTAGRAM, guylalibertedj

 • À lire aussi: Inspiré par Ricky Gervais, on dit leurs quatre vérités aux vedettes québécoises

Grenouilles, Elvis et jacuzzi

On l’a donc vu, dans son jacuzzi, au soleil couchant ou à une table, entouré de peluches de grenouilles, au son de Love me Tender d’Elvis Presley ou de Led Zeppelin. 

« Ces vidéos m’ont permis d’avoir du plaisir [...] comme dans le temps des Échassiers de Baie-Saint-Paul », se rappelle Laliberté, évoquant les débuts du Cirque du Soleil dans les années 1980. 

De son aveu, ces capsules visaient surtout à stimuler l’intérêt pour son nouveau projet, finalement dévoilé hier à 22:22:22, heure de Greenwich, le 22-02-2022, une date et une heure fétiches pour les amateurs de numérologie. 

• À lire aussi: Un homme déguisé en singe multicolore nu surnommé Rainbow Dildo Butt Monkey cause un malaise dans un événements pour enfants se tenant dans une bibliothèque

« J’ai toujours aimé les symboles. J’ai choisi le nom “Cirque du Soleil”, car pour moi, le Soleil représentait l’énergie de la jeunesse. [...] Le 22-02-22 m’inspire et la numérologie permet d’ouvrir un portail dans le temps, de créer une occasion de raconter, de [faire du] storytelling », explique l’homme d’affaires.

Photo tirée d’INSTAGRAM, guylalibertedj

Expérience immersive

Mais qu’en est-il de cette nouvelle folie ? Laliberté a décidé de se lancer dans une nouvelle expérience, physique et digitale, ce qu’il appelle le « phygital », développé par Hanai World qui regroupe ses activités créatrices. 

Cette plateforme lancée en 2021 par sa société Lune Rouge, mise énormément sur le métavers, une expérience immersive, à la frontière du réel et du virtuel, ce qu’on appelle la réalité mixte. 

Elle est de plus en plus utilisée par des gros joueurs comme Nike, Walmart, JP Morgan, Disney et Facebook et leur permet de se mettre en relation virtuellement avec leurs clients qui utilisent des avatars.  

• À lire aussi: Un tout petit singe nazi crée le malaise en Russie

Lors de la pandémie, Guy Laliberté a fait jaser en raison de ses nombreux voyages à bord de son avion personnel, un Global Express de Bombardier. Il s’était notamment rendu à Hawaii et à Tahiti. Avec ce projet, il dit vouloir « infuser du positif malgré la morosité causée par la pandémie ».    

Trois questions pour Guy Laliberté  

Est-ce que votre nouveau projet implique des artisans du Québec ? Est-ce qu’il y aura des liens et des spectacles ici ? 

J’ai toujours dit que la créativité est l’une des plus grandes richesses du Québec et je le crois encore profondément. 

Donc oui, la force créative derrière Hanai World – et derrière tous mes projets, d’ailleurs – est au Québec, ce qui ne m’empêche pas de faire des collaborations avec certains artistes internationaux, comme c’était le cas au Cirque. 


Vous êtes actuellement à Hawaii, est-ce que vous vous ennuyez du Québec ?  

Je ne m’ennuie pas de la pluie verglaçante en tout cas. Sérieusement, je ne m’ennuie pas du Québec parce que je collabore au quotidien avec mon équipe qui s’y trouve en grande majorité.


Vous n’êtes plus lié au Cirque du Soleil, mais est-ce que vous pensez encore à l’entreprise que vous avez fondée ? Est-ce que vous croyez qu’il y aura la même créativité qu’avant ? 

Je suis beaucoup trop occupé pour m’ennuyer du Cirque. Je garde un bon contact avec Daniel [Lamarre] ainsi qu’avec les dirigeants actuels, et je suis avec grand intérêt la renaissance du Cirque. 

Je ne suis pas là pour donner mon opinion, mais je crois que les prochaines années laisseront davantage de place à de jeunes créateurs et créatrices qui sauront créer des spectacles qui permettront aux spectateurs du monde entier de vivre de grandes émotions!   

À voir aussi sur le Sac de Chips:       

s

s

s

Sur le même sujet