Des collèges japonais interdisent les queues de cheval parce qu’elles seraient trop sexuellement excitantes | Le Sac de chips
/unbelievable

Des collèges japonais interdisent les queues de cheval parce qu’elles seraient trop sexuellement excitantes

Image principale de l'article Les queues de cheval interdites dans les collèges
Photo AFP

Reconnus pour la rigidité de leur code vestimentaire, certains collèges japonais poussent même la note jusqu’à bannir spécifiquement cette coiffure.

Selon ce que rapporte Vice World News, plusieurs collèges du Japon ont décidé d’interdire les queues de cheval parce qu’ils ont peur que «les garçons regardent les filles».

• À lire aussi: Reese Witherspoon a pleuré de rage après un montage sexiste choquant

Un ancien enseignant au secondaire, Motoki Sugiyama, a expliqué au média que des administrateurs d’écoles ont choisi d’interdire les queues de cheval aux filles parce que le fait, pour celles-ci, d’exposer leurs nuques pourrait «exciter sexuellement» les étudiants masculins.

Sugiyama a dressé un parallèle avec une autre règle fortement ancrée dans les coutumes scolaires nipponnes.

«Ils s’inquiètent du fait que les garçons pourraient regarder les filles. C’est le même genre de raisonnement qui explique le maintien du règlement obligeant le port de sous-vêtements blancs», a dit l’ex-professeur.

• À lire aussi: La chanteuse Pink souhaite payer l'amende de l'équipe norvégienne qui a refusé de jouer en bikini

En effet, la plupart des écoles demandent aux jeunes filles de ne porter que des sous-vêtements blancs, pour ne pas que ceux-ci soient visibles à travers l’uniforme.

«J'ai toujours critiqué ces règles, mais il y a un tel manque de critique et c'est devenu tellement normalisé que les étudiants n'ont d'autres choix que de les accepter», a indiqué Sugiyama.

L’interdiction de porter la queue de cheval fait partie, des collèges japonais, d’un ensemble de règles nommé buraku kosoku.

On y dicte notamment les couleurs acceptables pour les sous-vêtements et les bas, la longueur des jupes, la forme des sourcils et la couleur des cheveux.

• À lire aussi: Paris Hilton revient sur l’entrevue «cruelle» et «humiliante» de David Letterman

Pour ce dernier aspect, certaines écoles demandent même des preuves photographiques de l’allure naturelle des cheveux, si ces derniers ne sont pas «noir et droits».

Le code buraku kosoku remonte à l’époque des années 1870, lorsque le gouvernement japonais a mis en place son système d’éducation.

Vice World News rapporte que les règles sont devenues plus restrictives dans les années 1970 et 1980, afin de contrer la violence et l’intimidation.

• À lire aussi: Des garçons québécois mettent une jupe pour aller à l’école pour protester contre des mesures sexistes

Des statistiques nationales sur l’interdiction de porter la queue de cheval ne sont pas disponibles, mais pour la préfecture du sud de Fukuoka, c’est dans environ une école sur dix qu’elles sont toujours bannies.

Sugiyama, lui, affirme que pendant ses onze années d’enseignement dans 5 établissements différents, dans la préfecture de Sugiyama à 150 kilomètres au sud-ouest de Tokyo, les queues de cheval ont toujours été interdites.

Il dit avoir toujours lutté contre ces règles qu’il considère sexistes.

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s




Sur le même sujet