Des proches de l’amante de Poutine voudraient qu’elle essaie de lui demander d’arrêter la guerre | Le Sac de chips
/potins

Des proches de l’amante de Poutine voudraient qu’elle essaie de lui demander d’arrêter la guerre

Image principale de l'article Pourrait-elle lui demander d’arrêter la guerre?

Des amis d’Alina Kabaeva, la maîtresse de Vladimir Poutine, espèrent que cette dernière puisse voir son amant pour lui demander de cesser l’invasion de l’Ukraine.

Le média américain Page Six a révélé, en début de semaine, que des amis de la compagne du président russe faisaient tout en leur pouvoir pour que Kabaeva se rende auprès de Poutine pour essayer de le raisonner.

• À lire aussi: Kid Rock prétend que Donald Trump lui a demandé conseil au sujet de la Corée du Nord

Selon la source de Page Six, leur amie pourrait être la clé pour mettre fin à la guerre.

«ll ne semble écouter personne, mais peut-être pourrait-il l’écouter. Poutine est entouré par plusieurs cercles d’agents de sécurité. Alina dit qu'elle ne sait pas si elle pourrait arriver jusqu’à lui. Et même si elle y arrive, elle ne sait pas s’il lui sera possible de ressortir du pays pour retrouver ses enfants.»

Le projet d’aller suggéré la paix au président russe n’est donc pas nécessairement une chose facile.

Toujours selon Page Six, la maîtresse de Poutine et leurs enfants seraient cachés dans un chalet luxueux situé en Suisse.

• À lire aussi: Ukraine: Un spectacle d'humour sous les bombardements

La propriété appartiendrait à un richissime homme d’affaires près du président russe.

Selon une source de Page Six, Alina Kabaeva serait en possession de plusieurs passeports de nationalités différentes, sous de faux noms.

Et les enfants de Poutine, qui seraient nés en Suisse, auraient tous des passeports suisses, en dépit du fait qu'en théorie, un des deux parents doit être de nationalité suisse pour obtenir la citoyenneté.

• À lire aussi: La petite Ukrainienne qui a chanté «Let it Go» récidive et nous touche droit au cœur

Toute la petite famille (à l’exception du patriarche, occupé à gérer son «opération militaire spéciale») pourrait toutefois devoir déménager bientôt.

En effet, une pétition en ligne mise sur pied par des Ukrainiens, de Russes et des Biélorusses a déjà été signée par 65 000 personnes.

En Suisse, toute pétition adressée à une autorité fédérale doit être prise en considération, sans considération de la nationalité des personnes qui l’ont rédigée ou qui l’ont signée.

À voir aussi sur le Sac de Chips:  

s

s

s


Sur le même sujet