Maripier Morin révèle à Sophie Grégoire qu’elle a souffert de nombreuses dépendances dont à Uber Eats | Le Sac de chips
/potins

Maripier Morin révèle à Sophie Grégoire qu’elle a souffert de nombreuses dépendances dont à Uber Eats

Image principale de l'article Elle parle de ses dépendances à Sophie Grégoire
Capture d'écran / Instagram Elle Québec

En entrevue pour le magazine Elle Québec avec la première dame du Canada, Morin a admis avoir fait face à des problèmes de consommation qui outrepassaient l’alcool.

Lors d’une longue entrevue d’une heure publiée sur Instagram, Sophie Trudeau a interrogé Maripier Morin au sujet de la santé mentale, et plus précisément de son combat contre les dépendances.

• À lire aussi: Maripier Morin souligne l'anniversaire de son chum Jean-Philippe Perras avec une rare photo de couple

On se souvient qu’à la suite de la dénonciation d’harcèlement sexuel et d’agression physique formulées par Safia Nolin à son égard, Morin s’était momentanément retirée de la vie publique afin d’entreprendre une thérapie.

Depuis son retour sous les projecteurs, la nouvelle maman multiplie les occasions de s’ouvrir sur les obstacles auxquels elle a fait face et c’est dans ce cadre qu’elle s’est confiée à Grégoire pour la plus récente capsule Comment ça va? de cette dernière.

• À lire aussi: Voici la bande-annonce d'Arlette, un film mettant en vedette Maripier Morin

Au cours de la conversation, on a notamment pu apprendre qu’en plus des problèmes liés à la consommation d’alcool et de cocaïne, l’actrice et animatrice luttait aussi contre le tabagisme, le magasinage en ligne et....Uber Eats!

«Sophie, il faut que je te raconte quelque chose. J'ai tellement honte. Un moment donné là, l'hiver passé, j'avais tout deleté mes réseaux sociaux donc j’avais découvert que je pouvais faire du “petit doigt” (Mon père appelle ça de même) sur Uber Eats. Faque là, mettons, on venait de souper... J’ai pas de réseaux sociaux ...Je peux pas niaiser sur mon téléphone, j'ai pas Facebook, j'ai pas Instagram, faque c'était rendu Uber Eats. Un moment donné, je dis à mon chum "je vais sortir les vidanges". Je m'étais commandé de la bouffe, ma bouffe arrivait, j'allais la chercher en bas et je la mangeais dans le local des poubelles. »

Un peu plus tôt dans l’entrevue, elle avait aussi abordé le sujet d’un moment, lors de sa longue relation avec l’ancien joueur du Canadien Brandon Prust, où elle était en difficultés financières et n’osait pas demander l’aide de son conjoint.

• À lire aussi: Maripier Morin a accouché et partage une photo du bébé

«Si je lui demande de l’argent et que je lui dis que je n’ai pas assez d’argent pour faire mon marché, pour faire mon épicerie et me nourrir, il va penser que je suis avec pour son argent. Pis je veux pas qu’il pense ça, pis je veux qu’il voie que je suis une fille qui est autonome, qui est indépendante. Faque pour moi, c’était super important de, financièrement, être capable de subvenir à mes propres besoins. (...) Le fait que c’était un joueur de hockey et qu’il faisait beaucoup d’argent, moi je voulais me dissocier de cette affaire-là. Pis je voulais pas qu’il sache que j’avais pas d’argent parce que j’avais honte», a-t-elle révélé.

L’entrevue se conclut sur une note plus positive, alors que Morin fait le bilan de son cheminement des dernières années et indique qu’elle croit être «revenue vers la lumière».

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s


Sur le même sujet