Allégations d’agressions sexuelles: l’autrice Catherine Ethier dénonce à son tour l’humoriste Fred Dubé | Le Sac de chips
/zoneassnat

Allégations d’agressions sexuelles: l’autrice Catherine Ethier dénonce à son tour l’humoriste Fred Dubé

Catherine Ethier
Photo d'archives

Catherine Ethier

L’autrice Catherine Ethier affirme, dans une longue publication Facebook, avoir été agressée sexuellement par son ex-conjoint, l'humoriste Fred Dubé. Ce dernier est visé par une autre allégation d'agression sexuelle.

• À lire aussi: C’est quoi, au juste, la justice réparatrice dont parle l’ex de Julien Lacroix?

• À lire aussi: Quels impacts aura le reportage de La Presse et le 98,5 FM sur le mouvement de dénonciations?

«J’ai vécu dans la peur de nombreuses années. Même jusqu’à aujourd’hui. Au cours de cette relation, Fred Dubé m’a agressée sexuellement. Il m’a menacée physiquement, sans jamais me frapper. Ces gens-là savent quand arrêter le poing. J’ai vécu de la violence psychologique, verbale, sexuelle», écrit-elle dans un message publié dimanche. 

Samedi, l’autrice Mélodie Drouin a elle aussi accusé sur Facebook Fred Dubé d'agression sexuelle, en juin 2017, écorchant au passage Catherine Ethier. 

Selon les dires de Mélodie Drouin, l’humoriste et Catherine Ethier auraient entamé des démarches auprès de la police pour la faire taire. 

«Le temps passe. Je croise Catherine Éthier à la station Laurier. Je la confronte. Qu'elle ne m'ait pas crue, c'est une chose, mais qu'elle me mette des bâtons dans les roues pour m'empêcher de parler, ça me démolit. En plus d'avoir rencontré la police, elle s'emploie à défaire ma parole à ses collègues humoristes qui eux, m'ont crue», écrit l'autrice.  

Dans sa publication Facebook, Catherine Ethier assure pour sa part n'avoir jamais tenté «de contacter ou dissuader cette personne de dénoncer Fred Dubé». 

«J’aurais été profondément tarte de tenter de la faire taire, étant donné ma position, ma posture publique, mes valeurs [...] Empêcher quelqu’un de dénoncer est l’affaire la plus imbécile que j’aurais pu faire de ma carrière. Je ne suis peut-être pas parfaite, mais je ne suis pas épaisse», soutient la chroniqueuse. 

Fred Dubé

Jocelyn Malette

Fred Dubé

La chroniqueuse revient également sur la brève rencontre près du métro Laurier. 

«Je ne me souviens pas à la virgule près du verbatim de cet échange où je n’ai bien honnêtement pu placer que quelques mots, mais j’étais évidemment sur la défensive. J’ai eu peur pour ma sécurité. Je ne connaissais pas cette femme, se souvient-elle. Je comprends mieux sa posture en sachant aujourd’hui que Fred Dubé lui-même lui avait raconté que nous étions allés ensemble au poste de police pour porter plainte contre elle. Je ne possédais pas cette information à ce moment-là.»

Catherine Ethier ajoute qu’elle ne compte plus les «humiliations» que l’humoriste lui a fait subir, dans la sphère privée comme dans la sphère publique. «Les trahisons. Il m’a aussi menacée, une fois, de nous tuer tous les deux», confie-t-elle. 

À la suite de la réponse de Catherine Ethier, Mélodie Drouin a souhaité, dans une publication Facebook, à la chroniqueuse, ainsi qu'à elle-même, «de la douceur, de la compassion, et la guérison». 

Dubé se défend

Dans une entrevue avec Le Journal, Fred Dubé a «rétablir les faits» et «nuancer certaines choses».

«Il y a des faits qui n’ont pas été dits. Je sais qu’il y a beaucoup de sensibilité, d’émotion et de peine là-dedans. Je respecte ça. [...] Le gros du dossier, c’est qu’on dit qu’il y aurait eu deux accusations d’agression sexuelle contre moi. Et c’est la principale chose que je démens.» 

Des captures d'écran de ses conversations avec Mélodie Drouin, qui datent de 2017 et 2018, ont été partagées avec Le Journal.

«Il y a beaucoup de messages qui corroborent ce que je dis, comme quoi je ne l’ai pas agressée et qu’il y a eu du consentement approuvé trois fois durant la soirée. [...] Mélodie a commencé en 2018 à faire du harcèlement et tout ça.»

Quant à Catherine Ethier, Dubé trouve dommage qu'elle ait été dénoncée par Mélodie Drouin et qu'elle «n’avait pas à subir ça».

Il confirme toutefois avoir été infidèle envers son ex-conjointe mais réitère qu'il n'a «jamais agressé sexuellement personne».

«Ça n’avait jamais été nommé dans notre couple. Je l’ai appris en le lisant. Je ne l’ai jamais fait et je ne pourrai jamais faire ça.»

− Avec les informations de l'Agence QMI et Le Journal

À VOIR AUSSI

s