Une dizaine de joueurs du CH auraient commencé des cours de français selon un journaliste réputé | Le Sac de chips
/zoneassnat

Une dizaine de joueurs du CH auraient commencé des cours de français selon un journaliste réputé

Image principale de l'article 8 à 10 joueurs ont commencé des cours de français
Adobe Photo Stock + Agence QMI

Le reporter Eric Engels, qui couvre les activités du Canadien pour Sportsnet, a fait une révélation intéressante sur Twitter.

Selon le journaliste, 8 à 10 joueurs auraient démontré de l’intérêt à apprendre la langue de Molière.

• À lire aussi: Carey Price publie une photo avec une arme de chasse et prend position contre C-21

«Environ de 8 à 10 joueurs rencontrent un professeur de français aujourd’hui après avoir exprimé un désir d’apprendre cette langue. Un plan sera mis en place en fonction de leur horaire après cette rencontre initiale», a écrit Engels sur le réseau social à l’oiseau bleu.

La question de la langue est, comme on le sait, un enjeu sensible au Québec et cela se fait souvent sentir lors des différentes embauches du Tricolore.

Chaque fois que l’équipe doit se doter d’un nouvel entraîneur ou d’un nouveau directeur-général, la base de partisans se scinde en deux camps: ceux pour qui le critère de la langue est primordial (le Canadien étant historiquement un vecteur d’affirmation nationale pour les Canadiens-français) et ceux qui espèrent que les Glorieux embauchent «le meilleur candidat peu importe sa langue parce que l’important c’est de gagner».

• À lire aussi: Cole Caufield se fait avoir par un coup classique de ses coéquipiers

Sous le gazouillis d’Engels, le phénomène se reproduit de façon assez éloquente.

On trouve des Québécois francophones enchantés de la nouvelle...

Et on trouve des partisans anglophones pour qui l’apprentissage du français est une perte de temps.


Comme s’il n’était pas possible de marcher et de mâcher de la gomme en même temps...

• À lire aussi: 7 choses croustillantes ou choquantes qu’on a apprises sur le CH dans le livre de Pierre Gervais

Bref, voici un dernier commentaire particulièrement nono:


Imaginez Alexis Lafrenière débarquer à New York et dire «Je ne vais pas apprendre l’anglais. C’est une perte de temps».

Imaginez Juraj Slafkovský débarquer en Amérique du Nord et dire «Je ne vais pas apprendre l’anglais. C’est une perte de temps».

Mais bon, concentrons-nous sur le positif et saluons l’initiative de ces 8 à 10 joueurs non-identifiés pour l'instant qui ont décidé d’apprendre le français tandis qu’ils évoluent à Montréal.

Ils font la chose qu’il faut faire en s’intéressant à la culture locale de l’endroit où ils empochent des millions.

Bravo à eux!

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s

Sur le même sujet