La chanteuse québécoise La Zarra représentera la France à l'Eurovision | Le Sac de chips
/unbelievable

La chanteuse québécoise La Zarra représentera la France à l'Eurovision

Chanteuse québécoise La Zarra
Fournie par SLAM/France Télévision / RVB_PRESSE HD

Chanteuse québécoise La Zarra

La chanteuse québécoise La Zarra a été choisie pour représenter la France au prestigieux concours Eurovision de la chanson, qui se tiendra à Liverpool, en mai.  

• À lire aussi: Elle joue de la flûte avec son vagin, la tête en bas, à «La France a un incroyable talent» et beaucoup de gens sont choqués

• À lire aussi: Un humoriste québécois se rend en demi-finale de la France a un incroyable talent

La nouvelle a été annoncée lors d'une conférence de presse à Paris, jeudi.

Jointe dans la Ville Lumière, La Zarra, de son vrai nom Fatima Zarha Hafdi, était évidemment heureuse, mais aussi consciente du poids qui repose sur les épaules des artistes qui portent le drapeau tricolore lors de ce concours suivi par plus de 250 millions de téléspectateurs. 

«Il y a de grandes attentes. Je suis touchée, mais c’est une énorme responsabilité, il y a beaucoup de stress», avoue-t-elle. 

C’est la première fois depuis la sélection de la Néo-Brunswickoise Natasha St-Pier en 2001 que la France, dont le dernier triomphe à l’Eurovision remonte à 1977, fonde de grands espoirs sur une artiste canadienne. La Zarra devient la première Québécoise à porter les espoirs des Français.

Natasha St-Pier

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Natasha St-Pier

La Suisse a pour sa part fait appel aux Québécoises Céline Dion, grande championne en 1988 comme plusieurs se souviennent, et Annie Cotton, troisième à l’Eurovision de 1993. 

Un cliché à la française

Encore peu connue au Québec, mais finaliste au dernier Gala de l’ADISQ dans la catégorie Révélation de l’année, La Zarra a fait beaucoup parler d’elle en France depuis la sortie de son premier album, Traîtrise, et surtout de sa chanson Tu t’en iras, qui cumule plus de vingt millions d’écoutes sur Spotify. 

Selon la chanteuse, la cheffe de la délégation française de l’Eurovision, Alexandra Redde-Amiel, la courtisait depuis deux ans. 

«Je n’étais pas prête. Je produisais mon premier album, ça prend énormément de temps et l’aventure Eurovision, ce n’est pas juste deux semaines à donner.» 

Quand Alexandra Redde-Amiel est revenue à la charge, il y a quelques mois, La Zarra était prête. En outre, on lui évitait l’étape de la sélection nationale. Elle n’avait qu’à dire oui. 

«C’est une décision que je n’ai pas prise à la légère parce que ça peut être merveilleux comme ça peut être catastrophique pour moi. Alexandra Redde a vraiment eu un coup de foudre pour mon personnage. Je vais la citer en disant qu’elle y a retrouvé un cliché à la française que les autres pays s’attendent de la France.» 

Une chanson qui va surprendre

Même si l’Eurovision aura lieu dans quatre mois, les préparatifs sont en cours. Avec l’aide de ses collaborateurs Benny Adam et Banx & Ranx, les mêmes qui ont composé Tu t’en iras avec elle, La Zarra travaille à peaufiner la chanson originale avec laquelle elle espère séduire le jury et les téléspectateurs. 

«Nous avons réussi à créer une chanson qui est surprenante. On y retrouve un mélange de genres comme sur mon album, avec un côté musical que je n’avais pas exploré», indique La Zarra, bien consciente des avantages d’une telle vitrine pour sa carrière naissante.

«Tous les artistes qui ont fait l’Eurovision ont eu une poussée dans leur carrière. C’est plus facile ensuite pour remplir des salles et pour le marketing pour ma maison de disque.» 

La chanteuse passera donc tout son temps en Europe d’ici l’Eurovision. Elle pense revenir au Québec pour donner des concerts en fin d’année. 

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s