Une grenade (qui n'a pas explosé) retirée de la poitrine d’un soldat ukrainien | Le Sac de chips
/unbelievable

Une grenade (qui n'a pas explosé) retirée de la poitrine d’un soldat ukrainien

Image principale de l'article Une grenade retirée de la poitrine d’un soldat
PHOTO Ukrmilitarymedic | Facebook

Un soldat de l’armée ukrainienne a dû se faire retirer une grenade qui s’était logée dans sa poitrine, tout près du cœur. Heureusement, le projectile n’avait pas explosé.  

• À lire aussi: Un homme se rend à l’urgence avec un obus coincé dans l’anus et provoque un branle-bas de combat

• À lire aussi: Vladimir Poutine derrière la vingtaine de morts bizarres au sein de l’élite russe en 2022?

Les services médicaux des forces armées de l’Ukraine ont publié cette semaine sur Facebook des images des rayons X du soldat en question et une autre du chirurgien avec l’explosif ensanglanté dans la main. 

L’obus a été retiré de la poitrine de l’Ukrainien par le major général Andrii Verba. Celui qui est décrit comme «l’un des chirurgiens les plus expérimentés» des forces armées ukrainiennes a dû user d'imagination (et de précaution) lors de l'opération. 

Le chirurgien n'a en effet pas pu effectuer une électrocoagulation, une intervention impliquant un courant électrique pour notamment contrôler les saignements pendant l’opération, puisque l’électricité aurait pu faire exploser la grenade «à tout moment», explique-t-on.

Deux soldats ukrainiens ont supervisé l’opération afin de s’assurer qu’elle se déroule en toute sécurité et sans anicroche, peut-on lire dans la publication. Quant au patient, il se porte bien et est en convalescence. 

Toujours selon la publication Facebook, l’obus serait une grenade VOG, une munition de 4 cm de long tirée à l'aide d’un lance-grenades. Un tel projectile peut parcourir une distance de 400 m et est conçu pour exploser juste au-dessus du sol.

Il n’est pas indiqué à quel moment le soldat a été blessé ou quand l'intervention médicale a eu lieu.

Rappelons que près de 11 mois se sont écoulés depuis que la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine. 

À VOIR AUSSI

s