La porno pour financer la construction du mur? | Le Sac de chips
/unbelievable

La porno pour financer la construction du mur?

Image principale de l'article La porno pour financer la construction du mur?
Photo Fotolia

La controversée «taxe porno» est revenue sur le tapis après qu'une républicaine eut souligné que ce pourrait être une façon de financer le mur que Donald Trump tient tant à ériger à la frontière du Mexique.

Gail Griffin, sénatrice de l'Arizona depuis 2013, propose que chaque résident de l'État qui souhaite accéder à du contenu pornographique sur des appareils électroniques doive payer une taxe de 20 $.

Les distributeurs d'accès internet et d'appareils devraient bloquer les sites pour adultes derrière un pare-feu payant. 

Ces derniers pourraient aussi exiger des frais supplémentaires pour débloquer l'accès, selon l'AZ Mirror.  

«C'est un projet inconstitutionnel, explique Mike Stabile, membre d'une coalition sans but lucratif qui défend les intérêts de l'industrie du divertissement pour adultes. Il n'est pas nouveau, mais l'aspect du mur, oui.»

Des propositions similaires ont été faites ces dernières années dans plusieurs États, dont la Virginie, le Kentucky et l'Alabama. 

La «taxe porno» serait liée à un activiste anti-gai qui a tenté de marier son ordinateur pour protester contre le mariage gai. 

L'utilisation de cette taxe ne serait pas exclusive au financement du mur. 

L'argent récolté serait déposé dans un fonds nommé en l'honneur de John McCain, décédé en août, directement lié au Département de la Sécurité publique. L'argent serait ensuite distribué à différents programmes publics, comme la protection des victimes de crimes sexuels ou encore la prévention et le traitement des problèmes de santé mentale. 

Au sommet de cette liste, «financer la construction du mur à la frontière ou la sécurité à la frontière». 

Chris Sevier, qui semble lié au projet de loi, a connu sa part de problèmes et de controverses. En 2017, le Centre national sur l'exploitation sexuelle a exigé qu'il cesse de dire que l'organisme soutenait son travail. 

En 2013, il a tenté de poursuivre Apple, qu'il accusait d'être responsable de sa dépendance à la pornographie. 

Au moins 18 États ont vu un projet lié à Sevier, et ils ont tous été refusés. 

 

À lire aussi

Et encore plus