[VIDÉO] Un héros saute dans une rivière pour sauver la vie d’un bébé chevreuil | Le Sac de chips
/pets

[VIDÉO] Un héros saute dans une rivière pour sauver la vie d’un bébé chevreuil

Capture d'écran / Facebook Jaygeorgetommy Tonk

 L’homme de 27 ans n’a pas hésité avant de se précipiter dans l’eau froide pour venir en aide au petit cervidé. 

 Marc Headon et Jamie Toyne, deux peintres en bâtiment de Gainsborough dans le nord-est de l’Angleterre, circulaient en voiture dans leur coin de pays quand une scène inhabituelle a retenu leur attention. 

 «On en revenait pas quand on a franchi le canal à Saxilby et qu’on a vu des oreilles qui dépassaient de l’eau», a écrit Toyne sur Facebook. 

 «On est sortis et on a vu que c’était un bébé chevreuil qui peinait à garder sa tête hors de l’eau. Il était à quelques secondes de se noyer. Il avait peut-être passé des heures là. Marc a sauté tout de suite et l’a sauvé», a-t-il ajouté sur le réseau social. 

  

 Dans les images accompagnant la publication, on peut voir Headon se lancer à l’eau en sous-vêtements et nager vers le faon pour venir à sa rescousse. 

 Une fois la bête saisie, le courageux héros du jour l’amène jusqu’au rivage où son collègue Toyne, qui filmait alors la scène, interrompt son enregistrement pour la tirer hors de danger. 

 Dans une autre vidéo, on peut aussi voir Headon remettre l’animal sur pieds et tenter de le réconforter, lui qui semble en état de choc après sa mésaventure. 

  

 Selon ce qu’a rapporté le Daily Mail, Headon serait ensuite resté avec le jeune chevreuil pendant quarante minutes, en sous-vêtements, en attendant l’arrivée des secours. 

  

 Ils se sont finalement déplacés à la maison d’un ami, à bord d’une camionnette, pour être en mesure de fournir une adresse au service de protection de la faune venu récupérer la pauvre bête. 

 La publication de Toyne, datée de dimanche matin, a depuis été commentée par des milliers de personnes et plus de 600 000 visionnements du sauvetage ont été effectués. 

 
Vous aimerez peut-être aussi: 

 

À lire aussi

Et encore plus