10 questions malades à Vincent Appelby | Le Sac de chips
/harddrive

10 questions malades à Vincent Appelby

Image principale de l'article 10 questions malades à Vincent Appelby
Sansfaçon Photographies

Maladie d’écran, le deuxième album de Vincent Appelby s’attarde aux hauts et bas de la grave maladie qu’est la technologie.  

Paru l’automne dernier, l’album fracassera le plafond de la rentrée montréalaise mardi au Verre Bouteille.   

«Cet album était un gros défi personnel, explique Appelby. Je voulais participer à toutes les parties de la job, faire la réalisation moi-même, je voulais être là quand on mixait l’album.»    

Techno, techno, et après?

Au cœur de Maladie d'écran, on retrouve la technologie et les situations fâcheuses et drôles qu’on peut croiser à cette folle époque.   

«J’ai une relation amour-haine avec la technologie parce que je suis né en 1990, dit le musicien. J’ai vu toutes les technologies naître dans ma face sans y être accro. Aujourd’hui, je dois prendre le temps de m’arrêter, prendre des moments sans avoir mon appareil dans les mains.»    

Selon lui, c’est une habitude positive qui risque de se perdre avec la génération qui suit la sienne. «Ça a l’air maladif avec eux, lance-t-il. J’ai l’impression que sans la technologie on ne saurait plus comment régler nos problèmes. J’aimerais nous voir nous déplacer, trouver des gens, obtenir des informations sans avoir une machine au bout des doigts pour le faire pour nous.»   

Sur l’album, Vincent Appelby s’est chargé de tout, sauf des drums. «J’ai réussi à faire la batterie sur une des tounes, précise-t-il. Je suis en train d’apprendre.» Quatre musiciens l’accompagneront sur scène mardi, en plus d’Antoine Lachance, comme invité spécial.   

Vivre dans la mouvance

Oui, l’industrie dans laquelle évoluent les artistes actuellement est en pleine métamorphose, mais Vincent essaie d’y voir le positif. «Il y a beaucoup d’opportunités. Ça dépend des saisons, dit-il. Tout le monde a besoin d’être sollicité toutes les deux secondes et ça fait en sorte que c’est difficile de se rendre à son public. C’est difficile de savoir c’est qui les nouveaux artistes. Il y a beaucoup de place pour l’émergence, mais des fois, on peut se sentir bloqué.»   

Comme son album s’appelle Maladie d’écran, on s’est concentré sur la partie maladie de la chose pour en savoir plus sur notre interlocuteur.   

10 questions malades  

1 À quel âge t’as eu la varicelle?  

Je l’ai eue deux fois! Tout le monde dit que ça ne se peut pas, mais c’est vrai. Je l’ai eue très jeune vers 2-3 ans, selon ma mère. Mais je suis sûr de l’avoir eue vers 5-6 ans. Je suis exceptionnellement malade.   

2 C’est quoi la pire chose que t’as pognée?   

Une espèce de maladie super rare, le purpura thrombopénique immunologique (PTI). J’ai eu ça à douze ans. Ton système immunitaire shut down, tes plaquettes se font manger... J’ai été hospitalisé pendant trois semaines.    

3 Quels sont les items qu’on doit avoir dans une trousse de premiers soins?  

Je me suis ouvert la main l’été passé et je n’avais rien à portée de la main. Ça prend de l’eau saline qui n’a aucune bactérie dedans pour nettoyer ta plaie. Les lingettes à l’alcool, c’est la pire chose. Ça prend aussi des bandages... des plasters, ça fit jamais parfaitement.    

4 As-tu déjà eu le zona? Il paraît que c’est un fléau.  

Non, heureusement. J’ai une de mes amies qui l’a eu. C’était l’enfer.   

5 Donnes-tu du sang?   

Non, je n’en ai pas donné depuis longtemps. Je suis donneur universel, mais je me fais tatouer souvent.   

6 Quelle est ta maladie préférée à avoir?   

La gastro. Tu peux tout évacuer et après t’es encore contagieux donc t’as plein de temps de congé pour te coucher.   

7 De quoi tu penses que tu vas mourir?   

J’espère que ce sera de vieillesse, mais en même temps, ça n’existe pas, la vieillesse. C’est un mythe... Un bel arrêt cardiaque qui ne fait pas mal, sinon!

8 Laves-tu souvent tes mains? C’est important.  

Non, mais aux moments importants, oui. Avant de manger ou de faire des trucs qui impliquent que les bactéries vont entrer en moi. J’aime pas le Purell. Quand c’était vraiment à la mode, j’avais entendu dire que ça tuait les bactéries, mais qu’elles restaient sur tes mains... mortes.    

9 Donne une note sur 10 à ton système immunitaire.  

En 2018, j’étais toujours malade. En 2019, j’ai rien eu à date. Je dirais un 7,5!   

10 Quelle question t’aimerais poser à Info-Santé?   

Si ça vaut la peine d’aller à l’urgence. Avant même d’avoir dit ce que j’ai, je demande toujours ça à Info-Santé.   

La rentrée montréalaise de Vincent Appelby aura lieu le 19 mars au Verre Bouteille.

Son album est ici: